Deco Tabouret Home Rose HCm En Factory Velours The Coffre EliaL40 X vnwyN8m0OP

Lagopède en Islande – Une leçon de survie

Le lagopède est un oiseau peu connu mais d’un charme absolu, qui tient en premier lieu à sa livrée blanche hivernale. En hiver, les lagopèdes revêtent en effet un plumage d’un blanc pur, qui leur permet de se camoufler dans la neige. A l’arrivée de l’été, ce plumage laisse place à une robe tachetée brune et noire, tandis que le ventre et le bout des ailes demeurent blanchâtres. En automne, ce plumage évolue de nouveau, le lagopède se parant d’une livrée grisâtre, blanche sur le dessous, avant de prendre de nouveau sa robe immaculée hivernale.
C’est ainsi que le lagopède connait trois mues annuelles, pendant que la plupart des autres oiseaux n’en connaissent que deux. Cette capacité au mimétisme n’est d’ailleurs que l’un des multiples talents qu’il a su développer afin de survivre aux conditions hostiles dans lesquelles il vit. Ainsi, il dispose de pattes plumées qui lui servent de raquettes et l’aident à se déplacer dans la neige. Il sait jouer avec la neige, en se laissant recouvrir en cas de chutes abondantes ou en creusant des galeries qui lui servent d’abri, telles un igloo. Les femelles ont des couvées prolifiques, qui comptent entre 3 et 14 œufs chacune. Les poussins, maladroits à la naissance, évoluent très vite, et peuvent courir aussi vite qu’une souris au bout de quelques jours et voler au bout d’une semaine. Autant dire que l’espèce dispose d’atouts qui expliquent sa survie dans un milieu difficile.
Le lagopède alpin est parfois appelé perdrix des neiges, lagopède des montagnes, lagopède des rochers ou lagopède muet (de son nom latin « Lagopus mutus »). Il mesure entre 35 et 40 cm de longueur et vit principalement en montagne ou dans les toundras du nord de l’Amérique, de l’Asie et de l’Europe. S’il est considéré comme sédentaire, il se déplace néanmoins pour gagner de l’altitude en été et redescendre dans les zones de nidification en automne.
En France, le lagopède alpin est considéré comme une relique de l’époque glaciaire. Il s’est en effet installé dans nos contrées lors de la dernière glaciation du Würm, il y a plus de 10 000 ans, alors que d’immenses glaciers recouvraient une grande partie de l’Europe. Lorsque le climat s’est réchauffé, l’oiseau est remonté vers le nord de l’Europe tandis que certains individus trouvaient refuge à haute altitude dans les Alpes et les Pyrénées, dans le seul habitat disponible correspondant aux exigences écologiques de l’espèce. Ses effectifs sont estimés à moins de 20 000 adultes. Environ 400 lagopèdes sont prélevés chaque année. La chasse est autorisée sur 11 des 12 départements de présence régulière de l’espèce, avec généralement l’instauration d’un plan de chasse ou d’un prélèvement maximal autorisé par chasseur, et la fixation d’un nombre de jours de chasse autorisés par semaine ou par saison.shirt e T Fitness n Homme Z Adidas wOym8vNn0
Un film lui a été consacré : « Le lagopède alpin », de Norbert Liard, projeté à Paris en 2010 au Festival du Film « Chasse Durable et Biodiversité », que j’avais organisé avec Jacques M.-L. pour le Conseil International de la Chasse et de la Conservation du Gibier (CIC). Ce film décrit avec minutie le travail des chercheurs qui étudient le lagopède alpin, pour mieux le protéger. Cette étude passe par la capture de spécimens, notamment au moyen d’un fusil à filet unique en son genre. Il catapulte en effet un filet, qu’il faut projeter au-dessus des lagopèdes, car ceux-ci décollent au bruit du coup de fusil. Le travail du chercheur/chasseur, déjà rendu difficile par l’approche en haute montagne, se complique donc par une correction à la visée. Les images de ce film sont superbes et rendent un hommage mérité à ce travail des chercheurs.
A l’étranger, la chasse du lagopède est autorisée dans de nombreux pays : outre la Russie, on mentionnera l’Islande et la Suède.
En Islande, la chasse du lagopède (« ptarmigan ») se rapproche parfois de la grande randonnée, en raquettes ou skis de fond, même si l’on peut utiliser des véhicules 4×4 ou des scooters des neiges. Avec l’arrivée souvent brutale de l’hiver, les chasseurs doivent être prêts pour les pires conditions climatiques, dans des paysages vallonnés, boisés et enneigés. Ces contrées sont aussi sauvages que brutales. Le froid, la glace, provoquent un dépaysement presque aussi violent que l’Afrique noire – avec un autre registre de températures, naturellement. Mais les geysers, glaciers et chutes d’eau gelée offrent des images et des souvenirs qui méritent à eux seuls le voyage.
La chasse se pratique seul ou en petit groupe. Les lagopèdes, généralement regroupés à 2 ou 3 ou en petites compagnies, restent à terre jusqu’à être dérangés par les chasseurs. Ceux-ci les tirent à l’envol, ou parfois même à la piète. Les lagopèdes s’envolent rarement très loin. Ainsi, les chasseurs poursuivent souvent le même groupe, au fil des envols et des reposées. Le lagopède, servi avec une sauce crémeuse et de la confiture, est un plat traditionnel de Noël pour de nombreux Islandais.
Le lagopède alpin est également chassé en Suède pour sa viande savoureuse. La saison de chasse s’étend du 25 août au 28 février. A la fin de l’été et au début de l’automne, la chasse au chien d’arrêt et au fusil de chasse est encore possible. Dès que les premières neiges tombent, il faut chausser les skis et approcher les lagopèdes pour les tirer avec un calibre tel qu’un 222 Rem-6,5×55 par exemple.
Les ornithologues ont distingué deux autres sous-espèces de lagopèdes : le lagopède des saules et le lagopède à queue blanche.
Le lagopède à queue blanche est le plus petit : il ne mesure que 30 centimètres, pour un poids d’environ 400 grammes. On le rencontre dans les zones montagneuses, au-dessus de la limite des arbres, à l’ouest des États-Unis et du Canada et en Alaska. Il s’y cantonne toute l’année, y compris durant l’hiver, sans migrer. Son nom tient au fait qu’il est le seul des lagopèdes à ne pas avoir de noir sur la queue.
Électrique Relax Canapé Cuir Anthracite En Places 3 Nouvomeuble 2 Jonas BxedoC Le lagopède des saules est le plus grand. Il mesure environ 40 cm, avec une envergure pouvant dépasser les 60 cm, et un poids pouvant atteindre 500 grammes. Il se distingue du lagopède alpin par l’absence de raie noire du bec à l’œil. Il se chasse notamment au Canada, dans le Labrador. Le lagopède des saules est un oiseau migrateur, qui rejoint le Labrador vers la mi-décembre pour repartir vers la toundra plus au nord vers mi-avril. Afin d’éviter les températures abyssales du plein hiver, il est préférable de se prêter au jeu vers la fin de cette période, vers la fin du mois de mars. La méthode est alors assez simple, facilitée par une belle densité d’oiseaux. Elle consiste en effet tout simplement à approcher les lagopèdes, généralement assez patients, pour les faire s’envoler et les tirer au vol, au fusil de chasse. La seule originalité : puisque nous sommes dans le Grand Nord canadien, c’est en motoneige que l’on accède à la zone de chasse et c’est muni de raquettes permettant de marcher dans la neige que le chasseur doit réaliser son approche : une forme de mimétisme avec les pattes plumées du lagopède… Ceci n’empêche pas de réaliser de beaux tableaux, certains récits de chasse évoquant un nombre de 25 lagopèdes par jour.
Comme souvent, le danger pour le lagopède ne tient pas à la chasse, mais aux activités humaines envahissantes qui détruisent progressivement son habitat. C’est particulièrement vrai dans les zones montagneuses où le ski est pratiqué. La construction de stations de ski, avec leurs bâtiments, les remonte-pentes, les pistes, sont autant de facteurs de dérangement pour les lagopèdes – sans même évoquer le ski hors pistes dans les secteurs théoriquement préservés et le déclenchement artificiel d’avalanches.
Après avoir survécu à la fin de l’ère glaciaire, le lagopède survivra-t-il à l’anthropocène?

Ecrits et récits…